Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Lecture (18)

« Je veux dire que le vrai sexe faible est le sexe masculin. Ce n’est pas le cas de tous les hommes et ce n’est pas non plus toujours comme ça, mais s’il faut parler d’une faiblesse générique, ce sont les hommes qui gagnent haut la main. Et dans tous les cas, nous les croyons faibles et nous les traitons, en conséquence, avec une attention et une surprotection incroyables. C’est peut-être une histoire d’instinct maternel, chose indubitablement puissante, mais le fait est que l’on s’occupe souvent des hommes comme s’ils étaient des enfants et on prend un soin exquis à ne pas blesser leur orgueil, leur estime de soi, leur vanité fragile. Ils nous paraissent immatures, précaires, avec un besoin infini d’attention, d’admiration et de louanges. […]

Combien de fois les femmes mentent-elles aux hommes ; combien de fois faisons-nous mine de ne pas savoir, pour qu’ils aient l’impression d’être ceux qui en savent plus ; ou bien on fait appel à leur aide, même si on n’en n’a pas besoin, pour qu’ils se sentent à leur place ; ou encore, on les flatte effrontément pour fêter n’importe quel de leurs petits exploits. Nous allons même jusqu’à nous attendrir de voir que même si la flatterie est exagérée, ils ne se rendent jamais compte que nous leur léchons les bottes, parce qu’ils désirent réellement entendre ces louanges, un peu comme ces adolescents qui ont besoin d’une aide supplémentaire pour pouvoir croire en eux-mêmes. C’est vrai : ils peuvent aller au front et combattre dans des guerres effroyables ; risquer leur vie en escaladant l’Everest ; traverser des savanes hostiles pour trouver la source du Nil ; mais dans le registre émotionnel, sentimental, la réalité quotidienne, les hommes nous paraissent franchement faibles. »

(trad. Kumar Guha)

La idea ridicula de no volver a verte / Rosa Montero, Seix Barral (Booket), 2013, p.156-157.

Read Full Post »

Les Anonymous à Bristol (UK)

Ils y étaient le week-end du 24 septembre et distribuaient des tracts dont le recto était un billet de banque à l’éffigie de la Reine. Sur son visage, quelques traits au crayon la transformaient pour rappeler le masque désormais fameux de ces Anonymous.

Le verso explique leur crédo et fixe la date d’une prochaine forfanterie.

Read Full Post »

« Lorsque l’on attache à la volaille une grande importance, soit par le plaisir qu’on éprouve à l’élever, soit par la facilité qu’on a la vendre à haut prix, on construit, pour son habitation, un local particulier qu’on appelle basse-cour.

[…]

Il est bon de prévoir la réforme de quatre poules chaque année, et ces poules serviront au pot-au-feu.

[…]

Certaines poules mangent leurs œufs. Il va sans dire qu’elles doivent être sacrifiées.

Quand une poule se met à chanter comme un coq, elle est prête à ne plus donner que des œufs petits avec peu de jaune. Il faut s’en débarrasser.

[…]

Certaines poules demandent à couver 5 ou 6 fois l’an, d’autres 1 à 2 fois.

Si on veut leur faire passer ce désir, il faut les enfermer pendant deux jours, seules, dans quelque lieu frais et obscur, loin de tout bruit ; on les laisse là, sans leur porter à manger ni à boire, sans les visiter, ce qui les calme généralement.

Si, au contraire, on a le besoin de couveuses, on peut forcer une poule à couver en lui donnant une nourriture échauffante (de l’avoine par exemple) ; on leur déplume le dessous du ventre et on frotte cette partie dénudée sur des orties ou avec de l’alcool.

[…]

A midi, la sieste est obligatoire. On enferme les poussins et la mère dans la boîte d’élevage, en demi-obscurité, pendant vingt minutes.

[…]

On châtre les coqs quand ils ont quatre mois. Pour cela on se munit d’une lame bien effilée, d’une aiguille et d’un bon fil.

Le couteau et les aiguilles tout enfilées sont mis à bouillir vingt minutes.

On se lave parfaitement les mains à l’eau bouillie, au savon et à la brosse, après avoir nettoyé et raccourci les ongles. On termine par un lavage avec de l’eau-de-vie et forte.

Pendant ce temps, un aide assis prend le coq entre ses jambes, le maintient sur le dos la tête en bas et arrache les plumes du flanc gauche où portera l’incision.

Le croupion est offert du côté du châtreur, la cuisse droite tenue le long du corps, et la gauche portée en arrière, pour découvrir le flanc gauche.

L’opérateur passe d’abord sur la peau un tampon de coton imbibé de teinture d’iode dédoublée. Il soulève la peau du ventre et incise, près de la cuisse gauche, assez bas, dans le sens du pli de l’aine. Il fera attention à ne pas blesser les intestins. Souvent les boyaux s’échappent par l’ouverture. Il faut la faire juste assez grande pour permettre le passage du doigt. Si les intestins sortent, on les rentre et on introduit l’index droit dans le ventre en direction des reins, un peu à gauche de la ligne médiane. Là, on sent comme un petit haricot lisse, résistant au doigt et peu adhérent. On l’arrache avec le doigt, on le sort par la plaie et on remet le doigt pour aller enlever de même le deuxième rognon, à droite de la ligne médiane. Si, étant arraché, le rognon échappe au doigt et retombe dans l’abdomen, il n’y a pas à s’en inquiéter, il peut y rester sans inconvénient.

L’opération terminée, on coud la plaie avec l’aiguille et le fil, on lave la peau avec un peu d’eau de vie et tout est terminé. Il reste à mettre le chapon dans une pièce sèche et à température douce, où il ne trouve pas d’objet qui le pousse à faire effort pour se percher.

[…]

Pour obtenir des poulardes, en vue d’une chair plus fine, on châtre les jeunes poules par une opération semblable. Il faut plumer la région comprise entre le croupion et la queue. sous le croupion se trouve une petite élévation formée par un corps rond que l’on sent à travers la peau. On incise en travers, après les mêmes précautions que précédemment, et avec le doigt on enlève la grosseur semblable à une glande. C’est l’ovaire. On recoud ensuite et on soigne de la même façon que pour le chapon.»

Encyclopédie ménagère illustrée. Editions Latines Unies, Paris. 1928. p. 261-281

Read Full Post »